Ne me dites plus Mercy…

Mercy © FRANCE 2
Mercy © FRANCE 2

L’actualité concernant la question des migrants en Europe ne cesse d’apporter son lot d’informations édifiantes sur fond d’examen par les députés puis par les sénateurs du projet de loi « Asile et immigration » dont on craint que la principale conséquence soit d’accroître, dans l’esprit des gens, la confusion entre les différentes catégories d’étrangers souhaitant s’installer en France.

Ainsi, un Malien sans-papiers installé en France depuis 6 ans s’est-il vu signifier par la préfecture de son département une Obligation de Quitter le Territoire Français, les attendus de l’arrêté indiquant qu’il avait troublé l’ordre public au motif que la police avait trouvé sur lui un joint lors d’un contrôle de routine.

Rappelons que, depuis le 20 octobre 2015, la détention en petite quantité ou la consommation de cannabis ne sont plus considérées comme un délit mais comme une simple contravention passible d’une amende de 300 euros maximum. Mais, quand on est sans papiers, ça devient un trouble à l’ordre public…

Toutefois, c’est une autre actualité, plus dérangeante encore, que nous souhaitons évoquer ici. On estime à 16000 le nombre de migrants naufragés en Méditerranée depuis 2013. Les deux musiciens du groupe « Madame Monsieur », désigné par les téléspectateurs de France 2 pour représenter la France à l’Eurovision 2018, ont choisi d’évoquer cette actualité dans leur chanson : « Mercy » : celle-ci narre l’histoire d’un bébé nigérian né en mars 2017 à bord de l’Aquarius, bateau de l’association SOS Méditerranée qui sillonne inlassablement la Méditerranée pour porter secours aux migrants qui prennent la mer sur des embarcations de fortune, essentiellement depuis la Libye.

Nul ne peut dénier a priori à cette chanson son intention humaniste de départ, nonobstant la simplicité du texte dictée par la mélodie accrocheuse, bien dans l’air du temps des ritournelles servies par Deezer et Spotify.

Toutefois, au-delà de son caractère empathique, cette chanson a été lancée comme un pur produit marketing de notre époque : matraquage sur France 2 en prévision de l’Eurovision 2018, story telling autour des tenues des musiciens dessinées spécialement par Jean-Paul Gaultier pour la cérémonie, clip standard comportant des changements de plan toutes les deux secondes, conformément aux conventions du genre, participation du groupe au spectacle ruisselant de lumières et d’effets spéciaux, diffusé en direct, de la Fête de la Musique à Nice le 21 juin entre Pascal Obispo et Kendji Girac, à grand renfort de « Mercy mercy….Nice, est-ce que ça va bien ?! ». On peut craindre, de ce fait, que l’intention initiale, louable, ne soit définitivement noyée dans les flots de paillettes de la société du spectacle.

En effet, les Français, tout en plébiscitant il y a quelques mois cette chanson, ne viennent-ils pas d’approuver à 56%, selon les sondages, le refus du gouvernement français d’accueillir les 629 migrants recueillis par l’Aquarius ? Ce paradoxe, reflet du caractère instantané et soluble de l’information aujourd’hui, confirme également le repli sur soit de la population française, à l’instar des autres nations européennes.

Époque désenchantée…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s