Les jeunes s’emparent des droits de l’Homme

IUT

Depuis quelques semaines, quatre étudiants (Jeanne, Giada, Baptiste, et Janshika) réfléchissent à mieux faire connaître les activités de la section de la Ligue des droits de l’Homme et à sensibiliser les jeunes générations à ses travaux. Ils détaillent ici les contours de leur projet.

Dans quel cadre conduisez-vous ce projet ?
Giada : Nous sommes tous quatre étudiants à l’IUT (Institut universitaire de technologie) de Sceaux, en première année de DUT Techniques de commercialisation, avec une orientation en commerce international. Nous avons une matière comprenant un projet tuteuré, évalué en fin d’année, qui consiste à travailler avec une entreprise ou une association afin de mettre en application de façon concrète l’enseignement qui nous est apporté autour des relations, de la communication, du marketing et de la promotion.

Plus précisément, sur quoi repose votre projet ?
G. : Sur la base des attentes formulées par la section de la Ligue des droits de l’Homme de L’Haÿ-les-Roses – Val-deBièvre, visant à mieux faire connaître ses activités, en particulier auprès des jeunes, nous avons soumis un certain nombre de propositions. Nous avons échangé et évalué conjointement avec les membres de la section de la pertinence et la faisabilité de ces différentes suggestions.
Ainsi, pour le cinéma-débat qui a été organisé le 15 février dernier à L’Haÿ-les-Roses autour du film « Nothing to hide », nous avons réfléchi aux moyens de faire connaître l’événement. Nous avons donc ouvert une page Facebook pour la section et conçu un flyer pour annoncer la rencontre.
Par ailleurs, dans l’optique d’interpeller les jeunes sur les droits de l’Homme, nous travaillons actuellement sur la réalisation d’une vidéo ainsi que l’organisation d’un concours photo sur la thématique générale de l’acceptation des différences. Enfin, nous avons établi un contact avec un enseignant de l’établissement Albert de Mun à Nogent-sur-Marne, afin de mettre en place une séance d’échanges et de débats avec des élèves de terminale autour du racisme et de ses dérives au niveau national et mondial.

Sur quelles thématiques des droits de l’Homme votre génération est-elle plus sensible ?
G. : Si ce projet avec la Ligue des droits de l’Homme nous intéresse c’est parce qu’il ne se résume pas à rechercher un bénéfice économique mais vise un bénéfice culturel, pour mieux vivre ensemble et participer à l’ouverture d’esprit.
Il nous est difficile de s’exprimer au nom de tous les jeunes de notre génération sur une vision commune sur les droits de l’Homme. Mais personnellement, contrairement à d’autres pays dans lesquels j’ai vécu, je trouve que les jeunes de la société française restent encore très peu ouverts aux différences de tous ordres, qu’il s’agisse d’orientation sexuelle, de mode de vie, de religion, d’origine… Il n’y a pas assez de remise en question. Avant toute critique, il faudrait s’interroger, chercher à comprendre et à s’écouter. Et surtout à ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure. Nous espérons que l’aboutissement de notre projet permettra d’y contribuer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s